Le sourire de la morte

Le sourire de la morte
 
André Ducharme


Une prison, quelque chose comme ça. Jeanne en a mis du temps à venir rencontrer l’assassin de sa sœur : Louis qui tue, Louis qui ne tue pas, ça dépend des jours, ça dépend de son père, ça dépend des renards. Oui, Jeanne et Louis, ensemble dans l’électricité de l’été, avec le passé, le remords, l’ironie, l’inouï. Et planant au-dessus d’eux : Émilie, qui flatte le chat et danse le gros rock sale.

Une pièce sur les fracas de l’enfance, sur la culpabilité, sur la responsabilité.
JEANNE, sortant une photographie de sa poche
Cette photo?

LOUIS
Elle bougeait trop, avant. Même en dormant, toujours agitée. Après, tout était lisse. Était plus facile à photographier. Ce sourire qu'elle t'a jamais donné.

JEANNE
Comment pouvez-vous?

LOUIS
On peut m'enfermer à vie. J'aime pas la vie. La vie m'aime pas. N'importe quand, j'peux m'ouvrir le crâne contre un mur. Rien ne peut plus m'arriver.
Distribution :
5 personnages (2 femmes et 3 hommes)

Collection Théâtre

ISBN 9782896370030
5,25 x 8,25 po
80 pages
12,95 $
Paru en 2008
Distribution en Europe
Librairie du Québec
Distribution au Canada
Diffusion Dimedia
© Dramaturges Éditeurs 2017, Tous droits réservés
Nos publications peuvent être commandées dans toutes les librairies.