Doggy dans Gravel

Doggy dans Gravel
 
Olivier Arteau

Dans le but de se découvrir, de s’affranchir et de devenir quelqu’un, cinq scouts décident de se rendre en trottinette à un « après-bal » à Saint-Polycarpe. Entre un épi de maïs et une bande de bourgeoises prétentieuses qui réclament toujours un peu plus d’alcool et d’attention, Maverick sera amené à choisir entre un destin prémâché, voire stéréotypé, et quelques « je t’aime » chuchotés, sans canevas ni mode d’emploi.
Écrit dans une langue acerbe et crue, Doggy dans Gravel recèle un profond désir de rire de nos excès et de porter un regard sur l’influence de la culture pop, de la porno et de l’électro qui pousse certains adolescents à se fiancer à quatorze ans. Un show aux relents de rock, effréné, près du zapping, du swipe ou du fast-food avec quelques mouvements plaqués qui côtoient la publicité. Bref, une fable grotesque, pleine d’autodérision, qui laisse transparaître l’état d’urgence dans lequel vit la génération Y.
MAVERICK, au public
Parce qu’à soir

TOUS LES SCOUTS
On frenche.

Temps.

MAVERICK, au public
Entre ce que je suis
ce que je pense
ce que je dis
pis ce que je fais
y a des beaux gros
fossés
mais j’me dis
que lorsque je deviendrai
un homme
un vrai
lorsque mon organe génital
aura assouvi
sa fonction première
toute devrait bin s’enligner.
(…)
Distribution :
11 personnages (5 femmes et 6 hommes)


• Finaliste aux prix littéraires du Gouverneur général en 2001 - Catégorie Théâtre
Les Libraires craquent:

« Cinq scouts perdus qui rêvent d’aventures au Japon se rabattent sur un « après-bal » pour se donner des sensations. Trois adolescentes nourries à la porno rêvent d’amour en parlant de cul. Tout ce beau monde se retrouve dans un champ à la campagne pour une nuit de galère qui leur laissera des marques dans le cœur et des gales sur les genoux. Doggy dans Gravel c’est (très) cru, drôle, d’une intelligence rare, d’une lucidité presque douloureuse. C’est un portrait par l’absurde d’une jeunesse qui se cherche et qui se lance tête baissée dans les expériences, quitte à ce qu’elles soient morbides, pour avoir l’impression de vivre, pour devenir adulte, enfin. Sans retenue ni nuance, nous dirons qu’Olivier Arteau est un jeune auteur brillant qu’il faut suivre, à tout prix. »

Commenté dans la revue Les libraires par Anne-Marie Genest, librairie Pantoute

Collection Théâtre

ISBN 9782896371181
5,25 x 8,25 po
164 pages
17,95 $
Paru en août 2017
Distribution en Europe
Librairie du Québec
Distribution au Canada
Diffusion Dimedia
© Dramaturges Éditeurs 2017, Tous droits réservés
Nos publications peuvent être commandées dans toutes les librairies.