Le boss est mort

Le boss est mort
 
Yvon Deschamps


Vivre par procuration. Succomber au désespoir. Survivre dans la risée. Cette drolatique tragédie pathétique met en scène un homme pour qui « le Boss » devient l’archétype suprême, égal à Dieu, plus grand que la Mort ? Non, puisqu’il s’en est allé, mais plus grand que l’homme, que Lui, le petit homme, le   prolétaire.

Est-ce le portrait de l’homme d’une culture ?
De l’homme d’une époque ?
De l’homme d’une génération ?
L’homme est-il un peuple ?

À n’en point douter, l’homme, si petit soit-il, est une grande œuvre.

Le boss est mort, vive Yvon Deschamps !
MONSIEUR MAGEAU
Bon, tu le sais ton rôle, ma chérie, que je dis à Léa.
Moi aussi ce soir je connais mon rôle de père par
coeur. Pis j’y vas à cette remise des bulletins.
- OK, papa, vas-y à ton affaire de bulletin, qu’a’ me dit Mélanie, ma plus vieille.
Mais va pas voir Madame Raymond.
- Madame Raymond? Que je réponds. Elle enseigne quoi?
- Ah, pas grand-chose!
- Pas grand-chose, mais quoi?
- Rien, c’est pas important. Vas-y pas. C’est toute.
- Mais elle enseigne quoi?
- Ah rien. Rien que le français.
- Ah rien que le français!
Distribution :
1 personnage (1 homme)


Collection Théâtre

ISBN 9782896370733
5,5 x 8,5 po
116 pages
16,95 $
Parution novembre 2017
Distribution en Europe
Librairie du Québec
Distribution au Canada
Diffusion Dimedia
© Dramaturges Éditeurs 2017, Tous droits réservés
Nos publications peuvent être commandées dans toutes les librairies.